A propos de PeeweePaw

PeeweePaw, c'est bien plus qu'un simple nom de petite entreprise. C'est la réalisation d'un rêve qui se vit éveillée...

Qui se cache derrière PeeweePaw ?

Eh bien, contrairement à ce que l’on pourrait croire… PeeweePaw, c’est moi, Camille. Une seule et même personne ! Je suis toujours ravie et amusée lorsque je lis certains de vos messages dans lesquels vous parlez d’un pluriel. Cela me rend fière aussi parce que finalement, mes deux petits mains abattent visiblement le travail de toute une équipe !

Il me semblait important de me présenter et de vous expliquer pourquoi je fais ce travail et surtout, comment je le fais. J’ai 28 ans et j’ai passé les 26 premières années de ma vie très (très) loin d’une machine à coudre. Ma formation n’a en effet rien à voir avec la couture ou les travaux manuels : diplômée d’un doctorat en biologie, j’ai toujours été passionnée par les sciences et par les études. Mais lorsque j’ai débuté ma thèse, je me suis faite à l’idée que je n’imaginais pas ma vie professionnelle dans le monde de la recherche. Je n’en partageais pas l’éthique humaine et je ne me sentais tout simplement pas à ma place dans cet univers, bien qu’il me plaisait énormément sur le plan théorique et pratique. Je vous laisse imaginer la réaction de mes proches lorsque je leur ai dit que j’allai tout plaquer pour créer des accessoires pour animaux, après 8 ans d’études et le diplôme le plus élevé possible en poche…!

Comment est né PeeweePaw ?

Presque par accident, en réalité. Mon conjoint et moi avons fait entrer Nazca dans notre vie à l’été 2017 et l’évidence s’est très vite imposée. Je n’avais alors jamais eu de chien, mais je me suis prise de passion pour cette petite boule de poils noire et blanche qui a révolutionné mon quotidien. Ma curiosité scientifique m’a naturellement poussée à m’intéressée au comportement et à l’éthologie et mes amours d’enfance sont revenus à la charge. Quand j’étais petite, je m’amusais à créer des vêtements de poupée avec ma grand mère. C’est avec elle que j’ai découvert la machine à coudre et les aiguilles, mais tout ce savoir est resté sagement endormi durant plus de vingt ans. Alors quand Nazca est arrivée, il m’a semblé normal de lui confectionner ses propres petites affaires.

A ce moment-là, je terminais tout juste mon doctorat. Lorsque j’ai obtenu mon diplôme, je me suis retrouvée quelques mois au chômage (mais qu’allai-je donc faire de ma vie, moi qui avais tellement fait d’études qu’on ne voulait pas de mon CV jugé sur-qualifié ?). J’avais du temps et de l’envie alors j’ai commencé à créer des colliers, des laisses, des petits bandanas… Ce qui était alors un jeu (parce que oui, je m’amusais beaucoup à le faire) est rapidement devenu quelque chose de concret. Mon travail plaisait et intéressait des gens, alors finalement… Pourquoi ne pas le vendre ?

J’ai ensuite fini par trouver un boulot en tant que chef de projet scientifique, tout en montant PeeweePaw brique par brique en parallèle. L’officialisation a été faite au printemps 2018 : le “jeu” est devenu une entreprise, un bout de mon cœur et de mon âme. J’ai rapidement réalisé que je ne pourrai pas tenir la cadence de mon travail à plein temps (le jour) et de la confection d’accessoires (la nuit, le week-end). Seulement trois mois plus tard, j’ai donné ma démission et je me suis lancé le pari fou de vivre de ma nouvelle passion, complètement inspirée par Nazca et ses jolis petits yeux. Et j’ai réussi, même si cette décision n’a pas été très bien reçue par mon entourage au début.

Pourquoi PeeweePaw ?

L’origine de ce nom est assez personnelle. J’ai longtemps été sur des forums de jeu de rôle et j’ai aussi un petit passé “geek”. Mon pseudo était (et est toujours) Peeweepox : il fait référence à mes études de virologie avec le “pox” ainsi qu’à mon côté juvénile (avouons-le, on ne me donnerait jamais la trentaine !), “peewee” signifiant bout de chou en anglais. Je voulais donc garder cet aspect de ma personne et ce pseudo qui me suivait depuis longtemps tout en lui donnant un côté plus animal, d’où l’ajout du “paw” qui fait référence à une empreinte de patte. Le mystère sur PeeweePaw est enfin levé !

Demain et PeeweePaw

PeeweePaw, c’est vraiment mon bébé. C’est un tout, une réelle partie de moi et de ma vie. Un projet que j’ai monté seule grâce au soutien de mon conjoint et à son optimisme. Aujourd’hui, je ne pourrai plus imaginer ma vie autrement. Je suis tellement épanouie dans ce que je fais ! J’adore mon travail, j’adore créer, emballer, découvrir vos photos. Il est vrai que je ne compte pas mes heures et que j’ai peu de temps libre mais je le veux bien et mieux encore, je me plais dans ce mode de vie. J’attache énormément d’importance au contact humain (et animal !) et je prends toujours le temps de discuter avec mes clients lorsqu’ils en ont envie ou besoin. PeeweePaw m’a offert tant de belles rencontres dont certaines qui ont radicalement changé ma vie. L’arrivée de Mitsu dans notre foyer fin 2018 a aussi donné une autre impulsion à mon travail et à ma créativité.

Ce qui m’importe par dessus tout, c’est de pouvoir vous proposer quelque chose d’esthétique, de pratique et surtout de responsable. Je prends les choses à cœur (trop, peut-être) et je fais de mon mieux pour répondre à toutes vos attentes et vous orienter vers ce qu’il vous faut. Je fais également attention à mon impact sur l’environnement en essayant au maximum de réduire mes déchets et de travailler avec des fournisseurs français et européens, mais la route est encore longue, je le sais bien. En attendant, soyez certains que j’apporterai toujours du soin dans le traitement de vos commandes et dans mes réponses à vos questions. A mes yeux, l’emballage compte autant que le contenu et il est important que tout soit parfait du début à la fin !

J’ai d’innombrables projets pour l’avenir. Certains me sont inspirés par vos demandes, d’autres mûrissent avec le temps et la pratique. Manier les ciseaux et les aiguilles diffère en bien des aspects de la gestion de tubes à essai mais finalement, l’essence est la même : faire et refaire jusqu’à ce que tout soit parfait.

Au fond, si PeeweePaw existe, c'est surtout grâce à vous et à votre soutien depuis le commencement...
Alors merci pour tout.

Le magazine Marie Claire parle de PeeweePaw !

Vous n’imaginez pas ma joie et ma surprise lorsque Marie Claire France m’a contactée pour réaliser un article sur mon travail. Quelle fierté, quel accomplissement en à peine deux ans !

Vous pourrez le retrouver ici, si cela vous intéresse 🙂